Je sais pas ce qu'ils avaient fumé, mais c'était de la bonne. Ça va que j'aime beaucoup Aubrey Plaza, parce que c'était parfois limite limite entre la crétinerie et la magnificence. L'intrigue était plutôt claire et straightforward pour une fois, ça change (et ça fait moins mal au cerveau). De jolis échos au premier épisode, c'était pas mal.