mardi 25 mars 2014

Breaking Bad - 5x16 - Felina (finale)

J'ai failli me faire un ulcère et une crise cardiaque, mais finalement c'était pas si terrible que ça. Chaque épisode de la saison 5b ressemblait à une fin, à part le finale. Comme quoi des fois on se fait tout une montagne d'un truc, et ça s'avère moins fucké que prévu. Un peu quand même. Mais bien moins que prévu.

Anyway. Traumatisme. Et donc je lance le dernier, la larme à l’œil, les poings serrés, prête à les maudire sur vingt générations, prête à écrire des AU!Alaska dans ma tête pour substituer à une réalité trop cruelle. Sauf que, vlan, la série m'arrête net et part dans un détour curieux, avec un passage chez Gretchen et Eliott. Et là je me dis, nan, il va quand même pas les tuer, wtf, ils sont cons mais ça mérite pas, que se passe-t-il ? Et encore une fois je me suis fait avoir en beauté, et on retrouve soudain le vrai Walter White, celui des débuts, celui qui manigance, qui fait de la science (bitch !), celui qu'on a envie de supporter malgré ses travers. Yah. S'ensuit cette putain de scène d'ébénisterie sortie de nulle part, et je me suis mordu le poing de rage, sérieux. Ce coup-ci, c'était du whump par omission, et ça marche drôlement bien aussi. Tous les whump sont représentés, joie et paix sur le monde, il y en a pour tous les goûts. LA scène de l'épisode restera la conversation Walt/Skylar, et cette admission, cette vérité (enfin !!), et la fin du mensonge continu. C'était pour lui, pour se sentir vivant, tout pour lui et fuck les autres. Et heureusement qu'il est allé sauver Jesse, ce gros connard, parce que j'ai passé une demie heure à lui envoyer des menaces s'il se bougeait pas les miches (oui, je parle à mon écran ><). L'assassinat à la Stévia, je m'étais vaguement spoilé le truc, donc bon, yah mais convenu. La mitrailleuse automatique dans le coffre, c'était BIEN. Le genre de trucs débile à la Walter White saison 1, le truc qui te fait dire wow et putain que c'était con. Et cette fin. Jolie, sobre, limite un peu cul-cul avec la petite zik naze. Bien. J'espère juste que Jesse va pas planter la voiture dans un arbre ><

Posté par nao_asakura à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Breaking Bad - 5x15 - Granite State

T____T

C'est pas permis un truc pareil. Chaque fois que je me dis qu'ils pourront pas faire pire, ils font PIRE. Horrible terrible monstrueux.

L'avant-dernier, c'est un truc mi-épique, mi-contemplatif, c'était très bizarre. D'un côté on est heureux de voir Walter White enfin ressembler à un être humain à mesure que le cancer le tue. La petite retraite dans la cabane dans les bois, ça lui a calmé son Heisenbergite aigüe. D'un autre côté, c'est toujours aussi horrible pour Jesse, et l'exécution d'Andrea était un des pires trucs qui soient dans la série. J'ai même pas de mot. Tout le reste, ça rentre dans la catégorie fanservice, et putain c'était de la bonne. J'aime quand le whump est filé dans les conversations, si bien qu'il n'a même plus besoin d'être matériellement représenté pour être effectif. Enfin je m'égare. Non, je ne mate pas que pour ça... encore que. C'était la raison principale pour laquelle je me suis décidée à mater la série, la raison pour laquelle j'ai kiffé le pilote à ce point, le focus premier chaque fois que j'y pense. Parce que dans le fond, White/Heisenberg, c'est une belle pourriture avec des putain de moments de génie, mais c'est pas vraiment pour lui que j'ai de l'empathie ou un semblant d'identification. Important ça.

Posté par nao_asakura à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Breaking Bad - 5x14 - Ozymandias

J'aurais dû m'enregistrer. J'aurais fait une compil avec tous mes cris d'horreur. On aurait appelé ça "Désespoir".

C'est trop. C'est juste tellement trop, tellement NOPE, que ça en devient insoutenable. C'est la série qu'on connaît, multipliée par douze. C'est même plus du fanservice, c'est juste qu'ils lisent dans mon esprit. Je veux dire. Je comprends qu'il n'y ait pas de fandom, pas de fanfictions. Il peut pas y en avoir. On peut rien écrire après ça. C'est impossible de fucker des personnages à ce point, tout en restant cohérent avec soi-même, avec l'ensemble de tout ce qui vient avant. C'est juste terrifiant.

Posté par nao_asakura à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 24 mars 2014

Breaking Bad - 5x13 - To'hajiilee

Tellement tellement pas okay, cet épisode. J'ai passé la totalité du truc à beugler "nooooon" dans ma tête (et un peu pas dans ma tête, aussi). C'est vraiment horriblement cruel. Et cette fin. A chaque fois, je suis dans un état de panique mentale, c’est terrible. Chaque épisode de la 5b pourrait être le dernier, en fait. C’est intenable un truc pareil. J’ose même pas imaginer avec une semaine de battement entre chaque. Déjà qu’une journée, j’ai du mal.
Et donc... OK corral dans le désert. Oh mon dieu. Je m’étais spoilé quelques trucs, donc c’est sans doute moins une surprise que prévu (encore que, tout l’épisode est construit pour que ça se termine sur ça, il y avait même des présages dans le précédent), mais ça reste grandement traumatisant. D’un côté, t’es joyeux comme pas permis à l’idée que Walter White soit enfin arrêté. Hank était subtil, dans cet épisode. La photo avec la cervelle, toutes les entourloupes, le coup de fil de Walt qui sert à rien... c’était bien, vraiment chouette. Du coup, la joie. Mais aussi la terreur, sans savoir pourquoi. Comme disait Jesse l’épisode précédent, il est diabolique, il a une chance de dingue, et quoi qu’ils fassent, Walter s’en sortira. Et... ça n’a pas manqué.

Posté par nao_asakura à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 23 mars 2014

Breaking Bad - 5x12 - Rabid Dog

*larmes de sang*

Faut pas faire des épisodes pareils. Faut pas faire du fanservice angsty whumpy de ce genre. Pas à quatre épisodes de la fin.
C'est drôle, ces retournements de situation à chaque problème de communication entre les personnages. L'épisode précédent, je
me disais que Hank était peut-être une porte de sortie intéressante, et cet épisode achève violemment l'idée en prouvant très concrètement qu'il ne vaut pas mieux que son beau-frère, que c'est un sale pourri qui pense qu'à lui ; pauvre Jesse punching ball au milieu...
Mais merde cette fin. Juste quand l'un reprend du poil de la bête, l'autre signe son arrêt de mort. Je peux pas, c'est trop cruel.

"Mister White's gay for me, everyone knows that."
"He's not a man, he's the devil."
C'était bourré de pépites du début à la fin, cet épisode. Fanservice diaboliquement efficace.

Posté par nao_asakura à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Breaking Bad - 5x11 - Confessions

Va falloir inventer un nouveau barème de notation rien que pour cette saison, parce que c'est encore meilleur que les épisodes précédents, qui étaient déjà superbement parfaits.
La boucle est bouclée, les mensonges sont presque tous tombés, et ça explose en vol de tous côtés. Sauf que c'est pas un épisode bien avec une scène démente, c'est une succession de scènes démentes qui vont crescendo. Je vais pas survivre à la fin, sérieusement.
Encore une fois ils me tuent avec toutes les références à des épisodes précédents ; le fond de teint, la confession au caméscope. Sauf que c'est pas une vraie confession, c'est une menace. Plus aucune parole qui sort de la bouche de Walt n'est vraie, et c'est ce putain de Hank qui apparaît comme le personnage le plus stable moralement parlant. Dieu qu'on a fait du chemin. Je suppose qu'il va crever horriblement.

On dirait pas qu'il en reste cinq en fait. Ça pourrait être l'avant-dernier, en termes d'intensité.
Breaking Bad, ça a toujours été du théâtre déguisé en vie réelle. Des personnages qui parlent parlent parlent (ou se taisent, saison 4, etc.). Des plans fixes, des intérieurs louches, des huis clos de plus en plus étouffants. L'importance de la maison, du lieu, du décor. Et tous les bruits parasites du monde réel dans chaque scène sont là pour nous donner l'illusion que ce n'est pas faux, fabriqué. Et donc il y avait de superbes épisodes remplis de rien. Avec une phrase, une confrontation, une putain de scène magistrale, et du rien, plein de rien autour. Sauf que là... c'est rempli de milliards de trucs, on sait plus où donner de la tête, c'est même plus du angst, c'est du ANGST en lettres de sang avec des petites explosions autour. On se croirait presque dans une série "normale", formatée pour qu'il y ait une révélation fracassante toutes les sept minutes. C'est intenable, émotionnellement parlant. Quand les personnages ne disent rien, j'ai déjà envie de chialer en échafaudant des scénarios de fins horribles dans ma tête. Mais quand ils explosent, c'est encore pire.

Posté par nao_asakura à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Breaking Bad - 5x10 - Buried

AAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah la fiiiiiiiiiiiiiiiiin. Nooooooooooooooooooon.

Fuck.

Cette saison 5b, elle est au niveau de la saison 4. Sauf qu'au lieu d'avoir un Pinkman totalement parti, et les autres qui continuent à plus ou moins fonctionner dans leur petit monde fait de mensonges et d'horreurs, on a tout le monde qui explose en vol. Mais vraiment absolument tout le monde. C'est terrifiant à quel point ils ont réussi à nous faire perdre la moindre once d'empathie pour Walter White. Il est détestable, et fascinant à la fois, mais je ne suis plus très sûre qu'on ait encore envie de le voir survivre et triompher. Oh qu'on est loin de la saison 1, et des épisodes style "Crazy Handful of Nothin'"... C'est mort depuis la mort de Gale, quand tout s'est brisé. Cette putain de fin de saison 3 qui a failli me faire avoir une embolie (toujours pas remise, non non), c'est la même chose puissance 12, sur tous les personnages. C'est trop horrible, cette série.

Il va me falloir un sac en papier pour finir la saison.

Comment je peux dormir après cette fin. Putain. C'est la scène que je fantasmais depuis trois ans. Gnnnn.

Posté par nao_asakura à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 22 mars 2014

Breaking Bad - 5x09 - Blood Money

*aneurysm face*

Cette série, je commence à paniquer avant même d'avoir lancé l'épisode. Et bon sang qu'est-ce que ça m'a pas déçue. Cet épisode à lui seul efface toute la bof-itude de la saison 5a. C'est prodigieux de bout en bout, sur tous les plans.

Les parallélismes étaient épiques. Les mensonges de Walt, avec Jesse, puis avec son beau-frère. Terrifiant.
Les effets d'échos à tout un tas d'épisodes précédents... ça n'arrêtait pas, c'était comme des petits coups de poignard en plein cœur à chaque fois... l'avion au-dessus de la maison, le gosse avec la voiture télécommandée dans l'allée, la maison de Peekaboo, etc etc. Ça sent la fin, mais d'une manière tellement grandiose, tellement énorme.
Rien que la construction de l'épisode, c'était simplissible et parfait à la fois. Ce deuxième flashforward un an plus tard, il prenait aux tripes. La porte de la maison abandonnée (oui, encore à paniquer avec les portes et les fenêtres, j'y peux rien), le Heisenberg dans le salon, le miroir brisé... Mandieu.
Mais après ce coup au moral, ça reprend pile exactement au moment où la saison 5a s'était achevée. Et bon sang qu'est-ce que la panique de Hank était palpable.

*incoherent screeching*

Posté par nao_asakura à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 16 mars 2014

Breaking Bad - 5x08 - Gliding Over All

Fuuuuuuuck.

Cette fin. Mondieu les gens qui ont dû attendre un an pour avoir la suite.
Cet épisode était proprement superbe, à cause de toutes les allusions, les micro-clins d’œil constants à tout un tas d'événements passés. Pas une seconde sans qu'on panique int
érieurement en repensant à un épisode en particulier, et à ce niveau-là, c'était forcément voulu et orchestré, pas simplement une vue de l'esprit.
Et donc forcément, fatalement, ça va mal finir. C'était bien mignon de faire tout un tas de fric à n'en plus savoir qu'en faire. Tuer tous les gens susceptibles de parler dans un grand bain de sang éclair. Achever d'enfoncer Jesse. On peut pas juste raccrocher le chapeau et laisser tomber. Et c'est révélateur que White se fasse prendre à cause de son nom réel, de ses initiales réelles, et pas à cause de son alter ego mégalomane.

Ça me tue qu'il y ait pas de fandom, cela dit. Faudrait que je re-vérifie, ya peut-être un machin qui s'est formé après la saison 5, ce serait pas la première fois qu'une fin de série déchaîne les passions fandomiennes. Mais y a un tel potentiel de relation fucked up, de tags et d'exploration de tous les silences et les non-dits. C'est bourré de head canon à n'en plus savoir qu'en faire, je souffre.

En tournant autour du pot (en me spoilant, en gros), j'ai cru comprendre que Walter finissait par avouer les événements de Phoenix à Jesse. Mais OMG quoi. Ça fait deux ans que je me demande s'ils y reviendraient un jour, où s'ils allaient juste glisser ça sous un tapis, à la Supernatural. Je n'oublie jamais, c'est ça l'angoisse. Et quand un non-dit perdure aussi longtemps, ça fait de plus en plus mal au cœur à chaque fois. Ça s'infecte, ça devient plothole. Mais oh dear, apparemment non. Apparemment même trois saisons plus tard, ils arrivent à conclure les trucs en suspens. J'aurais dû m'en douter (la mouche dans le 508), avoir confiance, et pas me spoiler, mais gnnnn je tiens pas ><

Posté par nao_asakura à 02:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Breaking Bad - 5x07 - Say My Name

Jesusgnnnn.
Ce show. J'ai recommencé à parler toute seule devant l'écran en gesticulant, ce n'est pas du tout bon signe. C'est une vraie tragédie, cette saison. Hubris, erreurs de jugement et manipulation à tout va. C'est un vrai crève-cœur de voir Walter traiter Jesse comme une sous merde. Et le pire c'est que ça s'annonce pas bien du tout pour lui. On peut pas survivre avec une conscience. Je sens la fin horrible, mais genre horrible de chez horrible.

Posté par nao_asakura à 01:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :